Incendie de Notre-Dame : Quelles sont les zones contaminées par le plomb ?

Incendie de Notre-Dame : Quelles sont les zones contaminées par le plomb ?

10/05/2019


L’incendie de Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019, a diffusé pendant plusieurs heures dans l’atmosphère des quantités très importantes de fumées contenant des résidus de combustion et du plomb. En effet, entre 260 et 400 tonnes de plomb était présents dans la toiture qui a brulée en quasi-totalité. Des résidus de ce métal très toxique pour l’Homme se sont dispersés dans l’atmosphère.


Comment savoir quels quartiers de Paris et de la couronne ont été les plus touchés par cette pollution accidentelle au plomb ?


Sachant qu’au moment de l’incendie un vent de 3 m/s soufflait depuis la direction Est-Sud-Est on peut en déduire qu’en une heure de temps les fumées avaient parcourues jusqu’à 10km, diffusant sur leur passage des substances hautement toxique sur une zone très étendue car l’incendie a duré plusieurs heures.

Les particules de poussières contaminées par des hydrocarbures aromatiques  (HAP) et du plomb ont donc vraisemblablement été poussées vers les zones situées à l’Ouest de Paris, à priori les Ier, VIIème, VIIIème et XVIème  arrondissements et dans une moindre mesure les communes situées en aval comme Neuilly-Sur-Seine, Courbevoie, Nanterre, Rueil-Malmaison…


Votre maison, votre appartement ou votre bureau est-il situé dans la zone de diffusion des fumées de l’incendie de Notre-Dame ?


Si oui, votre environnement intérieur est probablement contaminé par du plomb et des HAP et vous êtes potentiellement exposé à ces substances toxiques.

Dans un communiqué du 9 Mai 2019, les autorités par le biais de l’Agence Régionale de Santé Île-de-France  et de la Préfecture de Police de Paris ont indiqué que :

 


"les prélèvements réalisés aux alentours démontrent quant à eux la présence de dépôts de poussières résiduelles de plomb dans les abords immédiats de la cathédrale : • sur le parvis de la cathédrale, et sur la voirie avoisinante, avec une présence ponctuelle très importante de plomb dans les sols, à des niveaux d’environ 10 à 20 g/kg de sol, par comparaison à la valeur repère du Haut conseil de santé publique de 0,3 g/kg (1). Ces zones sont actuellement interdites au public ; • dans les étages supérieurs de locaux administratifs donnant sur la cathédrale (poussières)."

 

Des recommandations ont été formulées et les habitants des arrondissements concernés ont été invités à faire faire le ménage chez eux pour éliminer ces poussières hautement toxiques.

Des consignes de nettoyage ont été données. Il s’agit de nettoyer les logements et les bureaux en limitant la remise en suspension des poussières déposées au sol, en utilisant des tissus humidifiés plutôt que le balai. Les aspirateurs équipés de filtres HEPA peuvent également être utilisés.


Même si les autorités se veulent rassurantes, il existe un risque de contamination des maisons, des appartements et des bureaux par des résidus de plomb. Ce métal présente des effets sanitaires dès les faibles doses d’exposition qui ont un impact connu  sur la santé des femmes enceintes, des nourrissons et des nouveaux nés.


En plus du plomb dont les effets sur la santé sont aujourd’hui bien connus (saturnisme, troubles neurologiques …), les fumées contenaient également des HAP. Ces molécules chimiques aromatiques sont formées lors des processus de combustion. Ces produits chimiques organiques sont également très toxiques pour l’Homme. Le benzo(a)pyrène est classé comme cancérigène avéré pour l’Homme (Groupe 1) par l’OMS et la plupart de ces substances chimiques sont classées cancérigènes possibles ou probables pour l’Homme (Groupe 2A et 2B). Par ailleurs, ils présentent des effets perturbateurs endocriniens et agissent sur l’organisme dès les très faibles doses. Pour ces raisons, il est recommandé de limiter au maximum son exposition à ces substances toxiques (plomb et HAP).


Comment être certain que son logement n’est pas contaminé par le plomb et les HAP ?


Le plomb et les HAP sont présents dans les poussières. La recherche et la mesure de ces substances doivent être réalisées dans la poussière déposées au sol. Plusieurs méthodes peuvent être employées pour réaliser un prélèvement de poussière : une pompe équipée d’un filtre sur lequel se dépose les poussières, des lingettes passées sur les surfaces pour collecter les poussières déposées et l’utilisation d’un filtre que l’on place sur son aspirateur domestique.


L’utilisation d’une pompe nécessite l’intervention d’un technicien formé pour réaliser le prélèvement pendant plusieurs heures à plusieurs jours. Ce type de prélèvement est donc le plus couteux.

La collecte de la poussière avec une lingette est relativement économique mais ne permet pas de relier directement les résultats à la quantité de polluant présente dans la poussière qui est respirée.

Un prélèvement de poussière réalisé avec un filtre et un aspirateur domestiques suivi d’un test en laboratoire est la technique la plus économique et la plus informative sur la pollution de l’air intérieur par le plomb et les HAP. De plus, elle permet de relier directement les résultats à la quantité de polluant présent dans l’air inhalé à la maison et d’évaluer avec précision l’exposition à ces substances toxiques.


Que faut-il faire si une contamination au plomb est constatée dans son logement ou son bureau ?


Un nettoyage classique peut éliminer la plus grande partie des particules de poussière contaminées. Cependant les suies sont constituées de particules qui se collent aux surfaces et peuvent être difficiles à éliminer. Par ailleurs les particules les plus fines (PM10) qui constituent la fraction inhalables ne sont pas visibles.


Pour diminuer le niveau de contamination d’une habitation ou d’un bureau par le plomb et les HAP plusieurs actions sont possibles. Tour d’abord, il est conseillé de procéder à une aération régulière et intense en ouvrant les fenêtres et en créant un courant d’air. Cette aération doit être faite au moins deux fois par jour et pendant une durée de 10 minutes. Nettoyer les surfaces de meubles et des objets, y compris les jouets des enfants. Les tapis, les moquettes, les mousses d’ameublement, les peluches peuvent stocker des quantités importantes de poussière et il est conseillé de les laver ou de passer un aspirateur équipé d’un filtre HEPA qui va fixer les particules de poussière. Enfin, il est également possible d’utiliser un système de traitement et de purification de l’air intérieur. Celui-ci devra être équipé au minimum avec un filtre HEPA et un filtre à charbon actif.


Nous passons plus de 80% de notre temps dans des environnements clos dans lesquels les polluants s’accumulent. Comme nous respirons 12 kg d’air par jour en comparaison de 1 kg de nourriture et de 2 kg d’eau, l’inhalation est la principale source d’exposition humaine à la pollution. Il est donc essentiel de maîtriser la qualité de l’air intérieur que l’on respire pour rester en bonne santé.

Si vous voulez en avoir le cœur net, il est fortement recommandé de réaliser des tests de qualité de l’air intérieur pour mesurer le plomb dans la poussière et pour mesurer les résidus de combustion (HAP) dans la poussière.

 



Test de Pollution au Plomb

Détectez la pollution au Plomb qui contamine votre habitation ou votre bureau. Test réalisé en laboratoire. Commander votre Test