Pourquoi les jeunes enfants sont-ils plus exposés aux pesticides ?

Pourquoi les jeunes enfants sont-ils plus exposés aux pesticides ?

04/06/2019


"les enfants ne sont pas de petits adultes"

 

C’est la conclusion du rapport « Pesticides dans l'alimentation des nourrissons et des enfants » du National Research Council (NRC) et il faut bien comprendre cette phrase pour comprendre pourquoi les jeunes enfants sont plus exposés aux pesticides que les adultes.

 


C’est avant tout une question de proportions.


Par rapport à leur poids, dans les six premiers mois de la vie les jeunes enfants absorbent par ingestion sept fois plus de liquide qu’un adulte et mangent beaucoup plus de légumes. Dans l’agriculture conventionnelle, ces végétaux sont souvent traités avec des pesticides et contiennent un ou plusieurs résidus de pesticides.

De plus, leur respiration est environ deux fois plus rapide que celle d’un adulte, ils absorbent donc par inhalation plus d’air et de poussière que les adultes. Les enfants sont donc plus affectés par la pollution de l’air.


Des pesticides dans les logements ?


De nombreux biens de consommation comme le mobilier et les literies sont traités avec des insecticides et/ou des fongicides notamment pour les protéger pendant les transports maritimes ou pour limiter la prolifération des acariens et des punaises de lit.

La contamination de l’environnement intérieur par les pesticides peut également avoir pour origine le traitement des animaux domestiques (fipronil) qui vont porter ces produits chimiques toxiques sur leur pelage. Enfin, les traitements insecticides contre les moustiques (permethrine, prise diffuseur ou spray) persistent dans l’environnement intérieur et se déposent sur le sol, les meubles et les jouets des enfants.


C’est aussi une question de comportement.


Du fait de leur taille, les enfants jouent très souvent au niveau du sol éventuellement sur un tapis puis commencent à marcher à quatre pattes. Ils sont donc exposés à toutes les substances contenus dans la poussière déposée au sol y compris des pesticides.

Par ailleurs, les enfants portent facilement tout ce qu’ils trouvent à la bouche et sont donc exposé aux pesticides également par ingestion avec les mêmes effets sur la santé.


Les fœtus sont-ils affectés par les pesticides ?


Oui. Si durant la grossesse la mère utilise des pesticides, s’alimente avec des produits traités avec des pesticides ou vit dans un environnement qui contient des pesticides. De nombreux pesticides passent la barrière placentaire. Ainsi des traces de pesticides sont retrouvées dans le cordon ombilical, dans le placenta, dans le fluide amniotique ou dans le méconium (premières selles du nourrisson). Le fœtus est donc exposé à un cocktail de molécules toxiques dont des pesticides perturbateurs endocriniens. Ces molécules chimiques ont des effets à faible dose et peuvent induire un dysfonctionnement du système hormonal avec des effets sur la formation des organes du fœtus.


Le lait maternel peut-il contenir des pesticides ?


Oui, la plupart des pesticides sont lipophiles et présente une forte affinité pour les graisses. Le lait étant composé de graisse, il stocke et concentre naturellement les pesticides auxquels la mère est exposée (inhalation et ingestion). En conséquence, si la mère est exposée à des insecticides, des fongicides ou des herbicides, son lait le sera également et le nourrisson sera exposé à ces produits toxiques.

Cependant, le lait maternel reste malgré tout préférable car il permet à l’enfant de développer un meilleur système immunitaire que du lait en poudre.


Les pesticides peuvent-ils atteindre les enfants par la nourriture ?


Oui. Selon l’EFSA en 2016, 48% des fruits et des légumes provenant de l’agriculture conventionnelle contiennent des résidus de pesticides. Ces végétaux sont également utilisés dans les produits transformés. Même si les aliments industriels pour bébé sont épargnés (moins de 4% contiennent des résidus de pesticides), les enfants sont également exposés aux pesticides par l’alimentation qu’ils ingèrent. La présence de résidus de pesticide dépend de la nature de l’aliment et des traitements appliqués (quantité et nature du pesticide).

Il est fortement recommandé de consommer des produits issus de l’agriculture biologique qui ne contiendront pas ou peu de résidus de pesticides et limiteront l’exposition des enfants à ces substances toxiques pour l’Homme.

Il faut garder en tête le principe de proportion évoqué plus haut, ce qui est acceptable pour un adulte l’est plus difficilement pour un enfant. C’est d’autant plus important que l’alimentation est un facteur déterminant pour le développement de l’enfant.


Les pesticides peuvent-ils atteindre les enfants par des produits de soin ?


Oui. L’exemple le plus parlant est celui des shampoings anti-poux qui contiennent des insecticides directement appliqués sur la tête de l’enfant.

De la même façon, dans les zones où l’on redoute les moustiques à cause des maladies qu’ils transportent (malaria, dengue, zika, chikungunyna …), l’utilisation d’insecticides va affecter les jeunes enfants. Les conséquences de ces maladies sont graves et il n’est pas encore possible de se passer des traitements insecticides dans la lutte contre les moustiques.

Récemment des résidus de pesticides ont été mesurés dans certaines marques de couches et de lingettes pour bébés.


Les enfants des villes sont-ils épargnés par les pesticides ?


Non. Les pesticides sont présents dans les villes et les villages. Ils sont souvent utilisés dans les espaces verts ou bien pour éliminer les nuisibles dans les habitations. L’adoption de politiques visant à ne plus utiliser de pesticides dans certaines communes est trop récente face à la résilience de ces produits.


Les enfants des campagnes sont-ils épargnés par les pesticides ?


Non. C’est souvent pire qu’en ville car les applications de d’insecticides, de fongicides et d’herbicides par pulvérisation sont fréquentes à la campagne. Si vous vivez à proximité de culture dites « conventionnelles » alors il y a de grandes chances que certains pesticides migrent jusque dans votre intérieur même longtemps après les épandages. Si un membre de la famille utilise des pesticides dans son travail alors il est quasiment certain qu’il va en ramener sur ses vêtements ou ses chaussures.

Autre cas fréquent, ce n’est pas l’habitation qui est proche des cultures mais l’école qui a été construite non loin des champs et qui est contaminée par des pesticides. Les enfants sont donc exposés à ces produits toxiques pendant leur scolarité.


Comment savoir s’il y a des pesticides dans son environnement ?


Les pesticides sont plus persistant dans l’environnement intérieur et ils sont présents dans les poussières fines qui son inhalés quotidiennement à la maison ou au bureau.

Le meilleur moyen est de faire un prélèvement de poussière suivi d’une analyse en laboratoire. Ainsi vous saurez de manière précise si il y a des pesticides dans l’environnement, lesquels et à quelles doses.

Si vous vivez en ville utilisez un test Pesticide Domestique, si vous êtes à la campagne non loin de cultures alors optez pour un test des Pesticides Agricoles.



Test de Pollution aux Pesticides Agricoles

Détectez les pesticides agricoles qui contaminent votre habitation ou votre bureau. Test réalisé en laboratoire. Commander votre Test


Test de Pollution aux Pesticides Domestiques

Détectez les pesticides domestiques qui contaminent votre habitation ou votre bureau. Test réalisé en laboratoire. Commander votre Test