Les moisissures, polluants biologiques de l’air intérieur

Les moisissures, polluants biologiques de l’air intérieur

19/04/2019


Continuons notre tour d’horizon des sources de pollution biologique de l’air intérieur avec les moisissures, ces champignons microscopiques qui se développent en présence d’humidité.

Quand se développent les moisissures ?

Comme nous l’avions expliqué dans un article sur les acariens, nous cohabitons avec de nombreux polluants biologiques dont la plupart sont invisibles.

Les lieux clos comme les habitations sont propices au développement de ces micro-organismes.  Ainsi l’humidité ambiante augmente fortement pendant une douche, en faisant la cuisine ou bien lors du séchage du linge.

Cette augmentation d’humidité est favorable au développement des moisissures, c’est pourquoi il est très important de bien aérer la salle de bain après une douche ou un bain et la cuisine pendant la préparation des repas. Les vêtements sortant du lave-linge sont eux imbibés d’humidité. Etendre et sécher le linge en intérieur produit donc une augmentation durable de l’humidité ambiante par l’évaporation de l’eau contenue dans les vêtements.


Les logements bien isolés sont très confinés et les problèmes d’humidité y sont plus fréquents car bien souvent la ventilation n’est pas suffisante ou n’a pas été adaptée à la suite des travaux d’isolation.

Inondation ou dégât des eaux égale moisissures ?

Les moisissures peuvent induire plusieurs effets sur la santé des occupants. Tout d’abord, la présence de COV dans l’air induit des irritations ORL et peut provoquer des difficultés respiratoires. Les spores de moisissures contiennent également des protéines allergisantes et donc provoquer des crises d’asthmes et des allergies respiratoires. Par ailleurs, certaines souches de moisissures comme les aspergillus sont pathogènes et peuvent se développer dans les voies respiratoires et les poumons chez les personnes à risques (immunodéprimées ou affectées par des pathologies respiratoires sévères comme la BPCO Broncho-Pneumopathie-Chronique-Obstructives). Enfin, les moisissures produisent naturellement de petites molécules chimiques, les mycotoxines comme l’aflatoxine, l’ochratoxine ou la patuline, qui sont extrêmement toxiques pour l’Homme.

Il est possible qu’un traitement avec un pesticide de type fongicide soit employé pour résoudre le problème de développement fongique ce qui peut éradiquer une pollution en la remplaçant par une autre.


Des tests avec analyse en laboratoire sont aujourd’hui disponibles pour réaliser un bilan complet de la contamination fongique d’une habitation ou d’un bureau.