Exposition des riverains aux pesticides : la Pendimethaline



Chaque année plusieurs dizaines de millier de tonnes de pesticides sont appliqués sur les cultures.
Parmi ces produits phytosanitaires, à côté des fongicides et des insecticides, la part des herbicides n’est pas négligeable.
En effet, selon la FAO, en 2018, plus de 85 000 tonnes de pesticides ont été vendu en France dont plus de 34 000 tonnes d‘herbicides.

La pulvérisation est le principal mode d’application utilisé pour traiter les cultures et les dérives exposent les riverains à ces produits toxiques. Depuis 2019, des Zones de Non Traitement (ou ZNT) ont été définies pour protéger les riverains de l’exposition aux résidus de pesticides.
Ces distances de 5 à 20 m sont-elles suffisante pour protéger efficacement les riverains ?


« Augmenter les distances de non traitement permettrait de réduire l’exposition des riverains aux pesticides »

Pour en savoir plus, Générations Futures et YOOTEST organisent la première campagne citoyenne de mesure des résidus de pesticides chez les riverains. Les riverains sont invités à collecter des échantillons sur leurs fenêtres pour mesurer en laboratoire la présence de 30 pesticides.

La pendimethaline a été incluse dans la liste des produits phytosanitaires recherchés car c’est l’un herbicides les plus employés en France. Entre 2009 et 2017, les quantités de pendiméthaline vendues n’ont cessé d’augmenter passant de 670 à 1350 tonnes pour atteindre plus de 1370 tonnes en 2019 selon la BNVD (Banque Nationale de Ventes de produits phytosanitaires par les Distributeurs agrées).


« Avec 1370 tonnes vendues en 2019, la pendimethanline est l’un des herbicides les plus utilisés sur les cultures »

La pendimethaline (CAS 40487-42-1) est une substance active herbicide bénéficiant d’une mise sur le marché au sein de l’Union Européenne pour des préparations n’excédant pas 900 g/kg et commercialisées notamment sous les dénominations :

  • ACTIROSE PLUS
  • ADIRPEN
  • AKTON
  • ALCANCE SYNC TEC
  • AMON EV
  • APA
  • ARADON
  • ARIZONA
  • ATIC AQUA
  • BAROUD SC
  • BASALTE
  • BELOGA
  • BISMARK
  • BOUL'HERB
  • CANI AQUA
  • CELTIC
  • CERAMIC
  • CETALINE
  • CODIX
  • CURACAO +
  • DAKOTA
  • DIPEN
  • DIPENKLO
  • FLIGHT
  • FLUPEN
  • FORKA
  • GRANEX PLUS
  • INDIANA
  • IPIMETHALIN
  • IPON
  • KORYLIA EC
  • LEGACY PRO
  • LEONIS DUO
  • MALYAN
  • MEGAPLUS
  • MELKIOR
  • MERKUR
  • NACARAT
  • NIRVANA
  • OKLAHOMA
  • PENAMETALUO
  • PENDAMETAZ
  • PENDAQUA
  • PENDIFIN
  • PENDIFLU
  • PENDIPLUS
  • PENDIRON
  • PEND-IT
  • PENDITEC
  • PENDULUM
  • PENOR
  • PENOR LIQUIDE
  • PENTAGON
  • PENTIUM
  • PERMIX
  • PROWL
  • SERENIUM
  • SHARPEN
  • STALLION SYNC TEC
  • STENTOR
  • STOMP
  • STRATEGE
  • TAZASTOMP
  • TRAPAN
  • TREPLIK
  • TRINITY
  • TRIPLET
  • TROOPER
  • VULKAN
  • WING

 


En 2014, la pendimethaline a principalement été utilisée sur les cultures de blé, d’orge, de colza et de maïs.

La pendimethaline n’est pas autorisée pour des applications biocides (usages domestiques et professionnels hors agriculture) ou vétérinaire. La présence de pendimethaline dans l’environnement est donc exclusivement liée aux activités agricoles.

Selon les données des AASQA, la pendimethaline a été mesurée dans 1171 échantillons d’air ambiant et a été mesuré dans 75% des prélèvements.


« La pendimethaline est présente dans 3 échantillons d’air sur 4 en 2019 »

Les concentrations maximum de pendimethaline ont été mesurées en Charente-Maritime (Commune de Montroy, ATMO NOUVELLE-AQUITAINE, 11,31 ng/m3), en Meurthe-et-Moselle (Commune de Villers-Les-Nancy, ATMO GRAND EST, 8,50 et 8,05 ng/m3) et l’Indre-et-Loire (Commune de Tours, LIGAIR, 7,74 ng/m3).

Selon l’Université de Hertfordshire, il est considéré comme persistant dans les sols (demi-vie de 100 à 182 jours) et se transforme principalement en 2-methyl-3,5-dinitro-4-(pentan-3ylamino)benzoic acid et en 4,5-dimethyl-3-nitro-N-(pentan-3-yl)benzene1,2-diamine.

« La pendimethaline persiste longtemps dans l’environnement »

L’ECHA indique que la pendimethaline est très toxique pour l’environnement aquatique et pendant une très longue période après l’épisode de pollution du fait de sa persistance.

Considéré comme modérément toxique pour l’Homme, sa dose journalière a été fixée à 0,125 mg/kg de masse corporelle par jour (soit 8,75 mg pour un adulte de 70 kg).

Il produit des effets sur la reproduction et le développement et l’exposition à la pendimethaline peut engendrer des irritations des yeux, de la peau et des voies respiratoires.

L’US EPA a classé la pendimethaline comme substance cancérigène possible.

Plusieurs études ont montré que la pendimethaline présentait des propriétés de perturbateur endocrinien sur les fonctions de la reproduction et des processus de développement. Cet herbicide présenterait donc des effets sur le fonctionnement hormonal humain dès les faibles doses d’exposition. Les femmes enceintes ou allaitantes et les jeunes enfants sont particulièrement sensibles aux perturbateurs endocriniens.


« La pendimethaline persiste longtemps dans l’environnement »

Campagne Générations Futures/YOOTEST

1ère campagne nationale d’étude de la dérive des pesticides agricoles. Test réalisé en laboratoire. Commander votre Kit

Campagne Générations Futures / YOOTEST

Découvrez les lieux de prélèvement et les résultats de la campagne EXPORIP
Voir la carte