Pollution des Chambre d'Adultes

Chambres Adultes



Avec une moyenne de 7 heures de sommeil par nuit, la chambre est une des pièces de la maison où nous passons le plus de temps. Les sources de pollution de l'air et de l'environnement intérieur y sont multiples.

 


YOOTEST propose un kit d’analyse « TOUT EN UN » afin de réaliser un bilan complet de la qualité de l’air intérieur de votre chambre à coucher.

 

Le mobilier et les aménagements intérieurs présents dans la chambre constituent des sources de pollution de l'air intérieur par les composés organiques volatils :

  • Le mobilier et les revêtements de sol en bois non-brut contiennent souvent des quantités importantes de formaldéhyde. Ce COV cancérigène avéré est utilisé lors de la fabrication du bois reconstitué (aggloméré, contreplaqué, MDF, etc).
  • Les peintures contiennent des solvants et des COV aromatiques comme le toluène, l'éthylbenzène et les xylènes.
  • Les travaux de rénovation et de décoration sont générateurs d'une pollution de l'air intérieur par les COV.

Toutes les chambres sont polluées par le formaldéhyde et 80% d'entre-elles présentent des concentrations supérieures à 10 µg/m3. Cette valeur seuil, à ne pas dépasser, est recommandée par l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES).

Les activitées humaines sont également génératrices de pollution de l'air intérieur par les composés organiques volatils :

  • Les produits ménagers contiennent du formaldéhyde utilisé pour ses propriétés biocides, des solvants comme les éthers de glycol et des parfums comme le limonène (senteur citron) et le pinène (senteur pin).
  • Les bougies, le papier d'arménie, les parfums d'ambiance et les huiles essentielles contiennent des quantités importantes de COV à l'origine de l'odeur parfumée qui s'en dégage.
  • Les vêtements revenant du pressing peuvent contenir des solvants organiques comme le tétrachloroéthylène (perchloréthylène) utilisés pour le nettoyage à sec.

 



Selon les résultats obtenus par l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur (OQAI), tous les logements sont contaminés par des plastifiants, des retardateurs de flamme et des pesticides.

 

Les éléments mobilier en bois, la literie, les tissus d'ameublement (rideaux, moquettes et  tapis) peuvent contenir des composés organiques semi-volatils comme des pesticides, des plastifiants et des retardateurs de flamme. Ces substances chimiques peuvent contaminer l'environnement intérieur. Leur présence sur les particules fines de poussière que l'on respire quotidiennement peut engendrer des risques sanitaires pour les occupants :

  • Le bois est souvent traité avec des insecticides et des fongicides pour le protéger des insectes xylophage et des moisissures, notamment pendant le transport maritime et le stockage.
  • Les structures en bois brut, comme les poutres apparentes, peuvent avoir été traités avec des polluants organiques persistants interdits depuis plus de 30 ans, comme le lindane (CAS 58-89-9), un insecticide organochloré ou le pentachlorophénol (CAS 87-86-5), un insecticide et fongicide organochloré. Ces molécules chimiques nocives sont très stables dans l'environnement intérieur et produisent une pollution durable de l'air intérieur sur plusieurs dizaines d'années.
  • Les tapis et moquettes en matière synthétique contiennent des plastifiants et sont traités avec des retardateurs de flamme pour limiter leur inflammabilité.
  • Les tissus et les mousses d'ameublement peuvent également avoir été traités avec des retardateurs de flamme.
  • Les matelas, les housses et les tissus de literie portant la mention "anti-acarien" sont souvent traités avec des insecticides.
  • Les animaux domestiques (chiens et chats) dont le pelage a été traité avec des insecticides peuvent contaminer l'environnement intérieur.

 



L'OQAI a démontré que 50% des literies contiennent des allergènes d'acariens à des teneurs supérieures au seuil de sensibilité des personnes allergiques, fixé à 2 µg d'allergène d'acarien par gramme de poussière

 

La chambre est un lieu favorable au développement des acariens. En effet, ils profitent de l'humidité, de la chaleur et de la nourriture (peaux mortes) présentes dans les lits pour se multiplier. Les tapis et moquettes présentent également des conditions faborables et contiennent des acariens en très grande quantité. Ainsi, chaque gramme de poussière peut contenir plusieur millions d'acariens.

Si vous êtes allergiques ou sensible aux allergènes d'acarien, il est recommandé de réaliser un contrôle des niveaux de pollution de l'air intérieur par les allergènes d'acarien.


 

Pour réaliser un bilan complet de la pollution de l'air et de l'environnement intérieur de votre chambre, vous pouvez commander le kit YOOTEST Chambre dans notre boutique.

 

Ce kit est composé de tous les tests d'analyse nécessaires pour mesurer les polluants présentés :

  • Test YOOTEST Air Intérieur
  • Test YOOTEST Pesticides Domestiques
  • Test YOOTEST Retardateurs de Flamme
  • Test YOOTEST Allergènes d’acariens
  • Test YOOTEST Plastifiants