Experts incendie : Les raisons de se protéger de la pollution ambiante pendant une visite de sinistre

01/02/2020


Les incendies sont un danger trop souvent sous-évalué par ceux qui n’ont pas eu à y faire face.

Tout d’abord en ce qui concerne leur nombre : Des statistiques dans 57 pays entre 1993 et 2016 montrent qu’il y a eu entre 2,5 et 4,5 millions d'incendies par an.

Deuxièmement pour le nombre de victimes directes : entre 21 000 et 62 000 décès annuels sur la même période.

Enfin, sur la toxicité des résidus de combustion issus des incendies et le nombre de maladies qu’elles causent aux personnes exposées. Car les substances en question peuvent être cancérigènes, reprotoxiques, mutagènes et/ou perturbateurs endocriniens.


Que se passe-t-il après un incendie domestique ?

La compagnie d’assurance envoi un expert pour évaluer les dégâts. En fonction de l’importance du sinistre, les experts de l’assurance ou d’assuré passent plus ou moins de temps dans les lieux touchés par le feu. Il mandate ensuite un professionnel pour effectuer les travaux de décontamination avant de faire entreprendre la rénovation.


« Je ne peux pas porter de protection respiratoire pendant mes visites car les occupants auraient peur »

Même si la visite ne dure que quelques minutes, l’expert incendie devrait se protéger de l’exposition à la pollution générée par l’incendie.


Pendant un incendie, la température peut monter jusqu’à 1000°C.
A cette température, la plupart des matériaux d’une habitation ou d’un bureau brulent.

Les fumées et les suies produites lors de la combustion des matériaux sont extrêmement toxiques car chargées de gaz, de particules de poussières fines et ultrafines et de produits de combustion.

Parmi les gaz formés nous allons trouver du monoxyde de carbone (CO), du dioxyde de carbone (CO2), des oxydes d’azote (NOX) et de souffre (SOX) ainsi qu’un grand nombre de composés organiques volatils (COV).


Pour les COV, les hydrocarbures aromatiques comme le benzène, le toluène, l’éthylbenzène, les xylènes sont des produits de combustion très courants.

Des aldéhydes, des alcools et des acides carboxyliques peuvent également se former. Certains produits de combustion sont des composés organiques semi-volatils (COSV). C’est-à-dire qu’ils sont volatils à haute température et se condensent sur les suies et les particules de poussières lorsque la température diminue. C’est le cas des HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques) qui constituent les principaux marqueurs de la combustion des matériaux.


Après un incendie, l’odeur de brulé demeure forte, les murs sont recouverts de suie, les pièces sont pleines de débris calcinés.

Si les gaz formés lors de l’incendie peuvent être évacués relativement rapidement par une bonne aération, certains résidus de combustion (particules fines, COV aromatiques et HAP) vont persister beaucoup plus longtemps et polluer l’air ambiant pendant des mois voire des années.


Comment se protéger de la pollution pendant la visite des locaux incendiés ?

Passer ne serait-ce que quelques minutes sans protection respiratoire dans un environnement aussi pollué produit une exposition aigüe à une quantité très importante d’un mélange de produits hautement toxiques.

Les experts incendies réalisent plusieurs visites par jour et s’exposent à ces pollutions à de multiples reprises. Dans ces conditions, les risques pour la santé sont réels et il est indispensable de porter des protections pendant toute la durée des interventions.

Quotidiennement, nous absorbons environ 1 kg de nourriture, 2 kg d’eau et entre 12 et 15 kg d’air. L’inhalation représente donc plus de 80% de la matière absorbée par l’Homme. Par conséquent, la protection des voies respiratoires est la priorité.

La protection respiratoire peut être assurée par un masque équipé d’un filtre à particule haute efficacité (HEPA) capable de retenir les particules fines et les COSV et si possible d’un filtre à charbon actif pour piéger les COV aromatiques.


« En raison du niveau de pollution très élevé, l’expert incendie doit porter un masque de protection pendant toute la durée de sa visite »

La pollution après un incendie est suffisamment importante pour se déposer sur les vêtements et aux semelles des chaussures.

Elle va être véhiculée et contaminer l’environnement quotidien de l’expert incendie : sa voiture, son lieu de travail et son domicile.

L’exposition chronique à ces substances toxiques présente également des risques importants pour la santé.


« Il est recommandé de porter une tenue de travail à usage unique, des sur-bottes et des gants pour limiter la diffusion de la pollution dans son environnement quotidien »

Ces précautions sont indispensables pour se prémunir efficacement des effets sur la santé de la pollution des incendies.